Jeanne Traduction : « Les prochains mois, voire les prochaines années, seront difficiles, mais nous gagnerons, c’est inévitable ! »

Interviews

mise à jour le 21/09/21

Jeanne Traduction est apparue dans le milieu de la ré-information en mai 2020. Depuis, elle ne chôme pas puisqu’elle a traduit à ce jour quelques 180 vidéos ! Nous nous sommes demandés qui se cache derrière cette chaîne Odysée et que pense Jeanne Traduction de la situation actuelle, vu qu’elle ne donne évidemment pas son point de vue dans ses vidéos de traduction. Et nous n’avons pas été déçus ! Entre lucidité et franchise, Jeanne nous livre un constat sans détour… 


« J’ai vraiment compris qu’il s’agissait d’une vaste entreprise de manipulation, que la santé publique n’était pas du tout au centre du débat »

Le Média en 4-4-2 : Bonjour Jeanne et bienvenue sur Le Média en 4-4-2 ! Tous nos lecteurs ne vous connaissent pas encore ; pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Jeanne : Bonjour et merci de me recevoir pour cette interview. Je suis la personne derrière la chaîne Jeanne Traduction. Cela fait plus d’un an que je traduis des vidéos afin d’apporter aux francophones des éléments contribuant à affiner leur compréhension du monde. Étant moi-même bilingue depuis quelques années, il m’arrivait très régulièrement, voire quotidiennement, de consulter des vidéos ou des documents en anglais. Cela faisait un moment que je pensais à rendre ces informations accessibles au plus grand nombre. C’est comme ça que l’aventure a commencé. En dehors de ça, je suis une personne comme les autres, soucieuse du devenir de son pays et, dans un sens plus large, de l’humanité. Il me semblait urgent de contribuer à la réinformation, au vu de la guerre médiatique qui est livrée aujourd’hui à notre encontre par nos élites autoproclamées.

Le Média en 4-4-2 : A quel moment vous êtes-vous dit que quelque chose clochait dans le narratif de ces élites autoproclamées concernant la plandémie en cours ?

Jeanne : J’ai très vite compris qu’il y avait un problème. Au fur et à mesure des années, j’ai un peu développé un radar à propagande. Je ne crois plus les médias depuis bien longtemps et fais toujours un travail de recherche avant d’affirmer ou d’infirmer les faits. Quand j’ai vu circuler les vidéos des Chinois qui tombaient dans la rue, quand l’OMS a refusé de fermer les frontières, quand les infos que l’on recevait se révélaient très incomplètes, j’ai rapidement senti qu’il y avait des incohérences dans ce que l’on nous présentait. Là où j’ai vraiment eu confirmation de la supercherie, c’est quand le Pr Raoult a été démonté publiquement pour avoir trouvé un traitement. Cet événement a fini de me confirmer ce que je pensais. S’en est suivi le théâtre ridicule autour des masques, le port de la visière, la destitution du Pr Perronne, la censure omniprésente de Youtube, Facebook et Twitter, la ridiculisation de l’ivermectine… J’ai vraiment compris qu’il s’agissait d’une vaste entreprise de manipulation, que la santé publique n’était pas du tout au centre du débat. Débat qui est d’ailleurs inexistant, car tout avis contraire au pseudo consensus scientifique est censuré en quelques minutes. Ils emploient toujours la même technique : souffler le chaud et le froid, embrouiller la population pour qu’elle ne sache plus quoi penser et finisse par obéir sans faire d’histoires.

« France Soir est pour moi le seul média honnête, intègre, qui cherche la vérité et ne se contente pas de régurgiter les dépêches de l’AFP sans aucune vérification »

Le Média en 4-4-2 : Comment choisissez-vous les vidéos que vous allez traduire puis partager ? Quels sont vos critères ?

Jeanne : Mon premier critère est la fiabilité de l’intervenant. Quand je traduis des vidéos qui traitent du Covid, je cherche toujours à connaître qui est l’expert ou le médecin, où il travaille, dans quel domaine il a exercé, comment son étude (s’il y a étude) a été réalisée, quels sont ses potentiels conflits d’intérêts… Tout dépend du sujet, je fais beaucoup de recherches avant de sélectionner les vidéos. Je vérifie les sources sur lesquelles se fondent les vidéastes. Si elles me semblent solides et le sujet intéressant, je la traduis. La sélection finale relève vraiment d’une sensibilité personnelle, certains sujets sont plus importants que d’autres, alors je vais les favoriser. Comme le transhumanisme, les réseaux pédophiles ou l’instrumentalisation des luttes sociales.

Le Média en 4-4-2 : Si vous nous traduisez des vidéos, c’est que vous estimez que celles-ci n’ont pas d’équivalent en langue française… Pensez-vous que les francophones ont du retard sur la diffusion d’analyse des sujets évoqués à l’instant ?

Jeanne : Oui, je pense que les francophones ont énormément de retard, autant dans la diffusion de leurs contenus à l’étranger que l’accès aux contenus des étrangers. Il y a beaucoup plus d’informations en anglais qu’en français sur internet, surtout concernant ces sujets-là. Les recherches sont souvent effectuées par des personnes lambdas, passionnées ou révoltées, qui n’ont pas une grande visibilité et sont censurées depuis des années. L’anglais étant plus utilisé que le français, certains étrangers qui ne sont pas anglophones produisent des contenus en anglais, afin qu’ils soient mieux diffusés et nous avons un gros problème en France avec les langues étrangères. Les Français ne parlent pas anglais, ou très peu. Leur niveau n’est pas suffisant pour comprendre les subtilités et les précisions d’un discours, or, là, ce sont bien les précisions que nous cherchons. On a pu l’observer avec le covid, Reiner Fuellmich, par exemple, présentait ses sessions en allemand puis en anglais. Ou encore le travail que je fais avec FranceSoir, les intervenants ne sont pas nécessairement anglophones mais utilisent l’anglais pour toucher le plus de monde possible. Il y a un travail de traduction colossal à faire, des documentaires, des livres, des articles, la liste est longue et je n’ai malheureusement pas le temps de tout faire.

Le Média en 4-4-2 : On vous retrouve depuis quelques mois sur FranceSoir. Comment est née cette collaboration et en quoi consiste t-elle ?

Jeanne : Oui, je travaille avec FranceSoir depuis le mois de janvier. Tout cela s’est passé très simplement, ils m’ont demandé si je souhaitais traduire des vidéos pour eux et j’ai accepté. Je suis également en partenariat avec Children Health Defense depuis quatre mois. Ceci dit, FranceSoir est le seul journal français avec lequel je peux accepter de collaborer. Ils sont pour moi le seul média honnête, intègre, qui cherche la vérité et ne se contente pas de régurgiter les dépêches de l’AFP sans aucune vérification. Heureusement qu’ils sont là, sinon les médias grand public ne seraient que de la propagande.

« Nous assistons à un basculement de l’histoire, où une partie de l’humanité prend en quelque sorte conscience d’elle-même, du mensonge dans lequel elle vit, et cherche à s’en émanciper de toutes les manières possibles »

Le Média en 4-4-2 : Vous avez participé au gros travail de traduction du film documentaire « Absolute interference » de Mike Lindell, sans parler de vos autres travaux sur l’élection américaine. Pouvez-vous nous faire un point sur la situation outre-Atlantique, et notamment sur l’audit d’Arizona ?

Jeanne : Malheureusement, je n’ai pas suivi l’avancement de l’élection américaine depuis quelques mois. Je ne peux pas me risquer à en parler, car je ne sais pas. J’ai énormément travaillé sur le covid, car après cette fraude électorale, il était temps de se recentrer sur des enjeux qui nous concernent plus directement. Même si tout est lié, il me semblait plus important d’informer les gens sur les « vaccins », les traitements disponibles et sur la supercherie sanitaire, qui influent directement sur notre quotidien. Je ne suis donc vraiment pas la meilleure personne pour faire un point sur la situation américaine concernant les élections. Cependant, j’ai remarqué qu’à la suite de l’intronisation de Biden, les informations en provenance des États-Unis étaient de plus en plus opaques. Il y a eu ces militaires à Washington qui sont restés plusieurs mois, on ne sait pas exactement pourquoi et on ne saura peut être jamais vraiment, Trump qui s’est retiré du feu des projecteurs depuis lors également, il reste discret pour l’instant. La seule chose que je peux dire c’est que c’est toujours le même schéma, on commence à comprendre comment la justice fonctionne quand il s’agit de sauver les puissants. L’État, ses représentants ou des institutions se permettent d’agir illégalement (et ici il y a quand même eu la plus grosse fraude électorale de l’histoire), mais ils arrivent à brouiller les pistes, poster les juges et les avocats qui les arrangent au moment où ça les arrange, donc les affaires traînent, traînent, traînent, les gens passent à autre chose et le grand public reste sur la version officielle. Vu que les médias sont aux ordres également, ils ne relayeront pas ou que très furtivement l’information, s’il y a un retournement de situation. Comme l’affaire du Lancet avec l’hydroxychloroquine, ou l’étude de l’institut Pasteur. De toute façon, ce n’est pas la première fois que les États-Unis se permettent de duper le monde entier… Ce qu’il faut retenir de ces événements, c’est que malgré tout ce qu’on peut reprocher à la dynamique autour de Q et de Donald Trump, ils ont fédéré beaucoup de gens pour une cause commune, qui est la cause primordiale : la recherche de la vérité.

Le Média en 4-4-2 : Justement, concernant ce sujet des « vaccins » : comment voyez-vous les prochains mois, entre des observateurs qui pensent que la poursuite du plan diabolique de l’équipe d’en face passera par une vaccination obligatoire, et une petite minorité très optimiste qui espère que le château de cartes va s’écrouler très prochainement. Leur porte de sortie étant un médicament de Big Pharma très onéreux à prendre dès les premiers symptômes…

Jeanne : Je pense que la vérité est entre ces deux constats. L’oligarchie mondiale va continuer à pousser son plan, vaccination obligatoire, toujours plus de répression, toujours moins de liberté. Elle est allée trop loin pour reculer maintenant et elle sait que si elle échoue, ça sera sa chute finale, ou presque. Les prochains mois, voire les prochaines années, seront difficiles mais nous gagnerons, c’est inévitable. Nous assistons à un basculement de l’histoire, où une partie de l’humanité prend en quelque sorte conscience d’elle-même, du mensonge dans lequel elle vit et cherche à s’en émanciper de toutes les manières possibles. Cela a pris différents noms, la 5D, le grand réveil, je ne me reconnais pas spécialement dans ces dénominations, mais j’observe effectivement qu’une révolution inarrêtable est en cours. Jamais une masse d’informations telle que celle à laquelle nous avons accès aujourd’hui n’a été diffusée, aussi rapidement et internationalement. Le peuple commence à comprendre qu’il n’est pas en démocratie, qu’on lui a menti depuis des siècles sur la plupart des choses et rien ne peut arrêter les idées. Je suis donc optimiste sur le long terme, je suis persuadée que l’humanité vaincra,car on ne peut pas aller contre la Création éternellement. Au bout d’un moment on se fait rappeler à l’ordre. Cependant, sur le court terme, je ne crois pas en ces médicaments miracles ou que l’élite va nous lâcher aussi facilement. Avec le covid, ils ont un outil de domination et de contrôle bien trop puissant pour le laisser tomber comme ça. Il faut avoir conscience qu’en face ils ne lâcheront rien jusqu’à ce qu’ils soient arrêtés et jugés à la hauteur de leur monstruosité. Ils ne feront aucun cadeau. S’ils reculent c’est pour mieux sauter plus tard. Je crois en la victoire, je crois aux révélations qui arrivent de plus en plus chaque jour, mais il ne faut pas être naïf, se bercer d’illusions, croire que tout se fera tout seul et que quelqu’un va nous sauver. La souveraineté individuelle se construit chaque jour à son échelle et c’est ce qu’il faut reconquérir en premier lieu. Sans souveraineté et sans responsabilité individuelle, pas de salut pour les sociétés humaines. Rome ne s’est pas faite en un jour, elle ne s’est pas écroulée non plus en un jour. Sa chute a pris des décennies. Ici, nous assistons à la chute de l’empire capitaliste (si j’ose l’appeler ainsi, vous me passerez cette grossière simplification), qui est un empire mondial, le plus gros de notre ère et peut être de l’histoire de l’humanité tout entière. Oui, le château de cartes s’écroule. Il faut néanmoins l’aider chaque jour à s’écrouler et construire en parallèle un monde plus juste.

« Si nous ne comprenons pas qui, comment et ce qui nous a menés à un tel désordre, nous sommes voués à répéter encore et encore les mêmes erreurs »

Le Média en 4-4-2 : Concrètement, que pouvons-nous faire dans notre vie de tous les jours pour accélérer la chute de leur château de cartes ?

Jeanne : Il y a beaucoup de choses à faire. Arrêter de consommer dans les grandes surfaces, donc acheter local, arrêter d’acheter neuf et acheter de seconde main, recréer du lien avec ses voisins, son village, discuter avec eux de ce qui ne va pas autour de nous tout en restant dans une posture ouverte et tolérante. Faire pousser sa propre nourriture, faire son savon, recoudre ses vêtements, apprendre à faire quelque chose de ses mains, planter des arbres fruitiers, s’engager dans des projets associatifs, distribuer des tracts, la liste est tellement longue ! Mais plus que tout : s’instruire, comprendre pourquoi nous en sommes arrivés à une société telle quelle est aujourd’hui ; car si nous ne comprenons pas qui, comment et ce qui nous a menés à un tel désordre, nous sommes voués à répéter encore et encore les mêmes erreurs. Il ne faut pas avoir peur d’aller à contre courant, de ne pas penser comme ses amis, sa famille ou les gens qui nous entourent. Je pense que c’est le plus difficile, réussir à penser par soi-même un peu seul contre tous, mais avec le temps on s’y fait ! Il faut avoir le courage de dépasser ses préjugés, sa colère, sa frustration pour aller de l’avant et s’engager dans des actions qui nous semblent juste et alignées avec nos principes.

Le Média en 4-4-2 : Vous évoquiez aussi la construction en parallèle « d’un monde plus juste ». J’imagine que les initiatives de regroupement de citoyens tel que « Les ateliers d’un Nôtre Monde » vous parlent particulièrement… Comment percevez-vous ces réveils de citoyens qui prennent leur destin en main ?

Jeanne : Je perçois ça plutôt positivement. Les gens sont en train de se rendre compte que dans l’avenir, ils n’auront pas d’autre choix que de collaborer. Nous sommes allés tellement loin dans la déconnexion entre les êtres humains et envers la vie en général, que nous arrivons à un constat simple : il faut réapprendre à vivre ensemble, trouver des moyens sains de s’organiser. Je suis en total accord avec la charte de Nôtre Monde qui résume bien ce sur quoi nous devons nous concentrer. Cependant, ces éco-systèmes sont fragiles, prendre soin du collectif n’est pas toujours aisé et il faudra donc être très vigilant dans la construction de ces nouveaux modèles. En tout cas, il y a vraiment un bouillonnement d’idées, d’initiatives, ce qui me donne bon espoir pour l’avenir. L’humanité ne sera jamais parfaite, car la perfection n’est pas de ce monde ; mais je crois vraiment que nous sommes capables de construire ce monde plus juste dont la plupart des gens qui « s’éveillent » parlent. Il ne sera pas facile à construire, il faudra du courage, de la détermination, de la patience, également prendre soin de ceux qui restent derrière et ne comprennent pas les enjeux actuels. Si nous ne sommes pas capables de prendre soin d’eux, je considérerai ça comme une sorte d’échec. Si nous ne sommes pas capables d’accepter et de composer avec nos faiblesses mutuelles, nous reproduirons encore et encore des schémas nocifs pour les sociétés humaines. Je souligne cela, car je constate que dans ces mouvances de gens qui se disent « éveillés », il y a beaucoup d’égoïsme, beaucoup d’égocentrisme. Le bien-être personnel est placé au centre de tout et l’on tombe souvent dans le travers « je cherche ma paix intérieure, je dois écarter tout ce qui vient la perturber », c’est la principale critique que je ferais. Alors que c’est tout l’inverse, je dois, en tant qu’être humain souverain, être capable de rester en paix face à l’adversité, des situations ou des personnes qui me dérangent. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien y faire, qu’il faut accepter ou ne pas réagir face à ces situations ou ces comportements, mais les écarter de notre vue ne réglera pas le problème, cela ne fera que le déplacer. Il faut réaliser que vivre ensemble est un exercice difficile, mais j’ai foi en l’Humanité, donc je perçois tous ces changements très positivement.

« Chaque jour nos rangs comptent au moins une personne de plus, chaque jour des gens s’éveillent au mensonge universel, chaque jour des initiatives sont prises pour construire des structures plus justes »

Le Média en 4-4-2 : Merci Jeanne de nous avoir accordé de votre temps ! Nous vous laissons le mot de la fin. Et pourquoi pas à une prochaine fois sur Le Média en 4-4-2

Jeanne : Merci à vous de m’avoir donné cet espace, je n’ai pas souvent l’occasion de m’exprimer, car mes vidéos sont en grande majorité des traductions. Pour clore cette entrevue je souhaite dire à tout le monde qu’il faut garder espoir. Chaque jour nous sommes martelés par la propagande, chaque jour nous perdons un peu plus de liberté, chaque jour nous voyons notre famille, nos amis, tomber pour ce narratif qui rend fous les êtres humains. Mais chaque jour nos rangs comptent au moins une personne de plus, chaque jour des gens s’éveillent au mensonge universel, chaque jour des initiatives sont prises pour construire des structures plus justes. Si nous renonçons maintenant, nous n’aurons jamais cet avenir dont nous parlons tous. Alors, soyez courageux, restez vrais, droits, intègres et surtout, en paix avec vous-mêmes et avec les autres. N’attendez pas que les autres fassent les choses à votre place, nous avons tous des capacités incroyables à mettre en commun. Commencez par agir à votre échelle pour ce qui vous semble juste. Il n’y a qu’ensemble que l’on pourra y arriver, et nous y arriverons, c’est une certitude.

Retrouvez Jeanne Traduction sur :


Propos recueillis par Yoann pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !