Guerre froide : L’UE constitue des réserves stratégiques en cas de menaces chimiques, biologiques et nucléaires

Politique, Santé

mise à jour le 07/04/22

Après avoir débloqué 500 millions supplémentaires pour armer l’Ukraine, l’Union européenne pense aux conséquences éventuelles. Ce 6 avril 2022, le site officiel de l’Union européenne annonce, dans un communiqué, débloquer 540 millions d’euros pour acheter du matériel de décontamination, des comprimés d’iode, des vaccins… en cas de menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN). Ce n’est pas le communiqué le plus rassurant en ces temps d’instabilité géopolitique à l’est de l’Europe.


Afin d’améliorer la préparation et la réaction de l’Union européenne aux risques pour la santé publique tels que les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN), la Commission constitue des réserves stratégiques de capacités de réaction par le biais du mécanisme de protection civile de l’UE. Cela comprend un stock stratégique rescEU de 540,5 millions d’euros, établi en étroite collaboration avec l’Autorité de préparation et de réaction aux urgences sanitaires (HERA). Ce stock sera composé d’équipements et de médicaments, de vaccins et d’autres produits thérapeutiques pour traiter les patients exposés aux agents d’urgence NRBC, ainsi que d’une réserve de décontamination rescEU pour fournir du matériel de décontamination et des équipes d’intervention expertes.

Dans un premier temps, l’UE a mobilisé sa réserve médicale rescEU pour se procurer des comprimés d’iodure de potassium qui peuvent être utilisés pour protéger les personnes contre les effets nocifs des rayonnements. Déjà près de trois millions de comprimés d’iodure ont été livrés à l’Ukraine via le mécanisme de protection civile de l’UE, avec l’aide de la France et de l’Espagne.

A cette occasion, Janez Lenarčič, commissaire chargé de la gestion des crises, a déclaré : « Nous prenons des mesures concrètes pour accroître la préparation de l’Europe face aux menaces potentielles. Nous mettons en place à la fois une réserve de décontamination et un nouveau stock de matériel adapté aux urgences chimiques, biologiques ou nucléaires. Je suis reconnaissant envers les États membres dans cet effort. Notre objectif est de fournir des capacités de réponse rapide à nos citoyens, si une telle urgence se produit. »

La commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides , a déclaré : « La sécurité sanitaire nécessite une préparation. La préparation aux menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires est un élément essentiel pour assurer la sécurité de nos citoyens et un élément clé d’une Union européenne de la santé forte. HERA est notre tour de guet et travaille 24 heures sur 24 pour soutenir les actions de l’UE par le biais du mécanisme de protection civil,e afin de fournir un soutien à la préparation de l’Ukraine et de nos États membres.»

Les personnes peuvent être exposées à des agents CBRN à la suite de catastrophes non intentionnelles (par exemple, une fuite dans une usine chimique, des incidents dans une centrale nucléaire, la propagation d’une maladie infectieuse) ou des incidents intentionnels (par exemple, une attaque terroriste). Être prêt à faire face aux risques de telles menaces est un élément clé de la stratégie de stockage CBRN de l’UE. La Commission développe donc dans le cadre de rescEU :

  • Un stock stratégique rescEU d’urgences CBRN : Le stock, qui est conçu avec les États membres, comprendra des équipements d’intervention — tels que des équipements de protection individuelle et des dispositifs de détection, d’identification et de surveillance —, ainsi que des médicaments, des vaccins et d’autres produits thérapeutiques. Le stock apportera une contribution cruciale au renforcement de la résilience CBRN dans l’UE, car il comprendra des équipements et des médicaments qui peuvent être difficiles à fabriquer en temps de crise ou qui peuvent être soudainement nécessaires en plus grandes quantités que ce qui est disponible dans les réserves nationales. Le stock CBRN est une première étape vers l’établissement de meilleures capacités de réponse aux incidents dans les centrales nucléaires, aux urgences dans les installations chimiques, aux attaques terroristes ou à la propagation d’une maladie infectieuse et bien d’autres.
  • Réserve de décontamination rescEU : Elle comprendra à la fois du personnel et du matériel pour décontaminer les personnes, les infrastructures, les bâtiments, les véhicules ou les équipements critiques qui ont été exposés à des agents NRBC. À la demande de l’État membre concerné, la réserve de décontamination rescEU peut être déployée. La réserve sera développée et hébergée par la Croatie, l’Allemagne et l’Espagne et sera financée à 100 % par l’UE avec un budget initial de 66,7 millions d’euros.

Contexte

Les conditions météorologiques extrêmes et les menaces émergentes, telles que le coronavirus, mais aussi les incidents CBRN peuvent dépasser la capacité des États membres de l’UE à s’entraider, en particulier lorsque plusieurs pays européens sont confrontés simultanément au même type de catastrophe.

Suite à l’activation du mécanisme de protection civile de l’UE, rescEU fournit une couche de protection supplémentaire et garantit une réponse plus rapide et plus complète aux catastrophes. La réserve rescEU est financée à 100 % par l’UE et la Commission européenne maintient, en étroite coopération avec le pays hôte de la réserve, le contrôle de son fonctionnement. En cas d’urgence, la réserve rescEU fournit une assistance à tous les États membres de l’UE, aux États participant au mécanisme et peut également être déployée dans les pays voisins de l’UE.

L’Autorité de préparation et de réaction aux urgences sanitaires (HERA) a été créée pour renforcer la capacité de l’Europe à prévenir, détecter et réagir rapidement aux urgences sanitaires transfrontalières, qu’elles soient naturelles ou provoquées par l’homme. HERA le fait en finançant le développement, la fabrication et l’achat de contre-mesures et d’équipements médicaux clés.

Lire le communiqué sur le site de l’UE…

partage cet article !