Après « Leurs projets », Victor revient avec le court-métrage « Debout »

Cinéma

mise à jour le 19/09/21

Après son dernier court-métrage « Leurs projets », Victor revient, pour notre plus grand plaisir, avec « Debout ». Notre jeune réalisateur sort l’épée. Il pousse à se lever : « C’est beau de résister, de tenir, debout, face au vent. »

Encore une fois, vous allez être transportés dans son monde où les mots ont un sens, où l’image nous est si familière, car chez Victor on est un peu chez nous.


Pas de fioritures, on a le temps d’admirer sans se presser. En cette époque tragique, le beau ne peut plus se cacher, il est juste là, au milieu de nous. Bon visionnage !

Vous pouvez retrouver Victor sur Instagram !

Le poids du monde,
La conscience de ce qui m’entoure,
Le poids des autres,
Écrasant pour quiconque ne saurait le supporter.
Les regards qu’on affronte,
dessinent nos cernes.
Les âmes sont froides,
complètement épuisées.
Elles veulent juste s’en sortir,
elles veulent juste, s’endormir.

S’accrochent à ce qu’elles peuvent, à ce qu’on leur donne,
à ce qu’ils leur laissent,
car elles n’ont plus rien.
Car, comme dirait l’autre, elles ne sont rien.

L’époque affadit les êtres,
étouffe les enfants,
occulte la vérité,
Censure nos imaginaires,
tue ce qu’il reste d’humanité.
Au nom du bien.
Au nom du bien, ils font le mal.
On comprend plus bien, mais il faut qu’on avale
C’est dur, de garder le rythme,
de savoir comment être.
Les voleurs de cœurs voudraient qu’on meure de l’intérieur.
Ils volent nos graines,
pour en faire des bouquets.
Soyez sages, figés, comme des images.
Tous innocents, tous responsables
De nos illusions de choix, de nos illusions de vies.

J’vais parler vraiment !
Comme un enfant, simplement et justement.
D’une simplicité désarmante de vérité.
Tu veux que j’te dise ?
T’as raison.
Ferme les yeux sur ce qui te dépasse ,
t’es à la ramasse.
Tu ne mérites que ce qu’on t’inflige,

Parce que tu n’as pas le courage d’être.
C’est ce que je te dirais, si tu n’avais pas de cœur
Donc écoute un peu plus ton cœur
Aie confiance en cette chose,

Ne la néglige pas.
C’est la seule qui sait ce que tu veux profondément.
N’aie pas peur de l’écouter,

de la laisser parler.
N’aie pas peur de la dévoiler à quiconque saurait la reconnaître.
Vrais reconnaissent vrai.
Libère ta lumière, pour éblouir les figurants.
C’est beau de résister, de tenir, debout, face au vent.
Davoir un sourire rayonnant
de brûler, bien vivant
Si j’reviens, c’est pour rassurer les âmes errantes,
Et bousculer les plus endormis.
Me promener dans vos têtes,
Roder dans les couloirs de vos âmes, et y déposer de belles paroles,
De belles idées, de belles images.
J’aimerais discuter de ce qu’ils nous proposent,
de ce qui nous oppose,
De ce qui nous unit !

Dirigés par un système qui nous guide,
qui façonne nos avis, nos vies,
Technocratie crée des intelligences artificielles,
De plus en plus artificielles,
vides et prévisibles
Des esprits séquestrés par de pauvres idées,
des cœurs passionnés par de creuses passions.
Des civilisations en voie d’extinction.
Nous vivons au cœur de machines que nous ne maîtrisons même plus.
Au milieu de l’errance,
J’aurai pu n’être qu’une apparence , mais…
Ma folie a été de me réveiller.
N’oublie jamais que…
La vérité se cache loin de leurs artifices.
Dans des choses simples,
Qu’ils ne peuvent maîtriser,
car elles n’ont pas de prix,
car ils n’ont pas de cœur.
Tu la vois cette lumière ?
Qui scintille tout au fond
J’te parle pas de celle qu’ils te montrent,
J’te parle de celle qu’ils te cachent.
Celle qu’il y a … tout au fond de toi.
J’suis qu’un narrateur. J’suis qu’un voyageur.
Voilà pour toi, une petite lueur d’espoir… Elle est à toi.
Dans le noir, j’ai pris confiance en mes histoires.
apprends à lire entre les lignes,
apprends à lire entre mes lignes.
J’suis qu’un d’ces enfants qui arrivent pas à dormir
Un d’ces adultes qui arrivent pas à grandir.
J’aimerais simplement vous dire que…
De nos jours, faut se battre pour exister,
que de nos jours, faut se battre pour résister .

J’dis des mots creux parce qu’on n’a plus le droit d’aller dans le fond des choses
J’dis des mots creux pour que tu les entendes résonner/raisonner
j’viens toquer aux portes, pour essayer dte retrouver.
ils veulent nous faire croire
qu’ils détiennent la vérité
ils veulent nous faire croire
que nous sommes une minorité,
ils veulent nous faire taire,
ils veulent nous exclure.
c’est pas grave…
On créera notre propre culture.
On créera nos propres croyances,
Parce qu’on a nos propres existences,
Parce qu’on a notre propre système solaire !
On rayonne pas de la même façon.
Pas les mêmes inspirations,
Pas les mêmes aspirations.
Mes inspirations se sont faites assassiner,
alors avant que j’me fasse descendre, fais-moi monter

Calmez-vous, qui que vous soyez
Calmez-vous  quoi que vous voyez
L’espoir, la peur,
Se décèlent dans les regards.
Viens avec moi, survoler la ville
Supporter la vie,
Récupérer le son de nos voix,
C’est nous les acteurs,
c’est nous l’bonheur,
c’est nous la vie
Nous avons le cœur
Nous avons l’esprit
Nous avons la lumière
merci
merci !
J’parle le langage des enfants
J’parle le langage des anciens
J’parle le langage des prochains
J’parle le langage de l’amour
J’parle le langage de la mère
j’parle le langage de la terre
J’parle le langage de mon père
J’parle le langage des étoiles …

Les couleurs me reviennent
Peu à peu la vie s’enchaîne,
Sans chaînes.

Des énergies à canaliser,
pour qu’on puisse raisonner encore
pour qu’on puisse résonner en cœur
ils se réunissent comme des bêtes,
réunissons-nous comme des êtres.

Attention à la violence.
Soyons forts dans la résistance,
soyons vrais, dans nos existences
intenses !
Soyons prêts
et préservons la vie, l’amour
On n’est que de passage, alors autant en profiter.
Le grand réveil, la guerre arrivent.
Gardons confiance, en nos regards singuliers, et n’oublions pas que le ciel a tout filmé.

partage cet article !