Mathilde, 16 ans, atteinte du syndrome de Guillain-Barré après le vaccin : « Je n’arrive plus à marcher »

Politique, Santé

mise à jour le 22/11/21

Comme tous les vendredis, une petite fenêtre s’ouvre pour s’intéresser à ceux qui souffrent des effets secondaires du vaccin anti-covid. Après le témoignage d’Éric Lefèvre sur le destin tragique de sa femme qui décèdera le 10 novembre 2021 de la maladie de Creutzfeldt-Jakob après le vaccin Pfizer, cet autre témoignage concerne une adolescente, tout juste âgée de 16 ans, Mathilde.


Pascal Praud a invité ce matin sur Cnews, dans l’émission L’Heure des pros, Mathilde, qui souffre du syndrome de Guillain-Barré après le vaccin. La lycéenne est une gymnaste de très bon niveau qui a recueilli la note de 10 sur 10 à sa dernière compétition à la poutre. Elle se fera vacciner pour continuer à faire de la gymnastique et sortir librement. Alors qu’elle était en très bonne santé, trois jours après la seconde dose, son état s’est aggravé. De jour en jour son état a empiré. Son corps est aujourd’hui entièrement handicapé. Mathilde s’est rendue à l’hôpital, où les médecins lui ont diagnostiqué une souffrance d’ordre psychologique. La jeune gymnaste sera hospitalisée par la suite, mise sous anti-douleur et anxiolytiques. « Aujourd’hui je n’arrive plus à marcher. J’ai mal partout, ma colonne vertébrale me brûle en permanence, je tremble, mes jambes bougent toutes seules, c’est vraiment compliqué à vivre. » « C’est la neurologue [qui a diagnostiqué le syndrome de Guillain-Barré], c’est écrit noir sur blanc sur le papier. » « Les médecins me disent que l’évolution de la maladie peut prendre deux mois comme deux ans. Ils n’ont pas du tout été clairs. On le verra au fil du temps, c’est un petit espoir de reprendre une vie normale. »

Très perturbé par le témoignage de Mathilde, Pascal Praud semble éberlué de voir en face de lui une adolescente aujourd’hui lourdement handicapée, alors qu’elle fait partie de la population qui ne court aucun risque de covid.  « Mathilde n’est pas la population qui est ciblée par le covid. Quand on a soixante-dix ans, on peut prendre le risque de la vaccination mais quand on en a seize… » Brigitte Milhau — dans un élan de lucidité — se doute que Mathilde s’est faite vacciner pour pouvoir faire du sport : « Je suppose que c’est pour pouvoir faire ses compétions sportives. »

Mathilde souffre de polyradiculonévrite aiguë qui est également dénommée syndrome de GuillainBarré. Les parents de l’adolescente ont rejoint VERITY France un collectif mis en place par les familles de Maxime, Mélanie et Sofia — des victimes du vaccin — qui a pour vocation de réunir toutes les personnes de bonne volonté qui ont soif de vérité. Si vous souffrez d’effets secondaires, n’hésitez pas à contacter le collectif.

Un clash s’en est suivi, en la personne d’Alain Jakubowicz, venu faire son cinéma, qui ne comprend pas que l’on puisse laisser la parole aux Français victimes des effets secondaires du vaccin. Face à l’adolescente de 16 ans venue raconter l’horreur qu’elle vit au quotidien, l’avocat Jakubowicz a choisi son camp, celui de la censure. Un choix qui n’étonnera pas ceux qui connaissent l’ignominie de sa défense du tueur en série Nordahl Lelandais pour le meurtre de la petite Maëlys, 8 ans. Il s’était même permis de déclarer dans la salle de presse du tribunal, lors d’une suspension de séance, tout le bien qu’il pensait de son client, un modèle de vertu : « Je ne vous dirais pas que tous les hommes sont un modèle de vertu, mais si tous étaient comme Nordahl Lelandais, il y aurait moins de féminicides. »

Vous pouvez voir l’émission dans son intégralité : L’Heure des Pros du 19/11/2021

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !