Leclerc se dit prêt à interdire l’entrée de ses supermarchés aux non-vaccinés

Politique, Santé

mise à jour le 21/01/22

Michel-Edouard Leclerc était l’invité de Laurence Ferrari dans La Matinale sur CNews. A cette occasion le président des Centres E.Leclerc a clairement fait savoir que si la loi interdisait l’entrée des magasins alimentaires, il le fera sans rechigner : « Nous appliquerons la réglementation qu’on attend de nous. »


Laurence Ferrari s’inquiète tout de même et lui demande comment vont faire les familles qui n’auront pas de passe vaccinal pour faire leurs courses ? La réponse, accompagnée d’un haussement des épaules, est courte : « Eh bien, ils ne viendront pas ! »

On sent la tradition familiale chez Leclerc. Face à ces propos inacceptables, nous nous joignons évidemment du côté du boycott et appelons nos lecteurs vaccinés et non-vaccinés à changer définitivement de magasin pour faire leurs courses.

Cette spontanéité pourra en déconcerter plus d’un, mais quoi de plus logique quand on s’intéresse à la collaboration pendant la Seconde Guerre mondiale ? Soupçonné d’avoir dénoncé des résistants en 1944, en Bretagne, le fondateur du groupe de grande distribution [Edouard Leclerc] fut emprisonné pendant six mois après la Libération. Tout en minimisant les faits, il admet, noir sur blanc, avoir « donné » plusieurs noms d’habitants de Landerneau. « J’ai été questionné par Schaad […], précise-t-il, je lui ai donné la liste des chefs directeurs de l’Office central, parmi lesquels se trouvaient MM. H…, B…, Pengam, L… » Dans la suite de sa déposition, il avoue également : « Par mes paroles imprudentes, je reconnais que Le L… du patronage a été arrêté sur mes informations à Schaad. Il fut relâché un jour après. » Leclerc confesse encore, entre autres choses, avoir « signalé un Espagnol […] qui était supposé communiste. Cet individu ne fut pas relâché mais il devait rester persona grata (sic) à la Gestapo. » Lire la suite…

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !