Interview du Dr Amine Umlil, candidat aux élections législatives 2022

Politique

mise à jour le 10/06/22

Nous terminons notre tour de France des candidats aux élections législatives 2022 par celui qui est sans doute le plus connu de nos neuf invités. Et pour cause : le Dr Amine Umlil a été auditionné publiquement le 24 mai 2022 par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques dans le cadre de l’enquête du Sénat sur les effets indésirables des « vaccins » anti-Covid réalisée suite à une pétition citoyenne. Il est pharmacien et responsable de la pharmacovigilance à l’hôpital de Cholet. Amine Umlil se présente dans la 4e circonscription de Vendée.

Le Média en 4-4-2 : Bonjour Amine, et merci d’avoir accepté l’invitation du Média en 4-4-2. Pouvez-vous vous présenter en 4-4-2, c’est-à-dire de manière concise et efficace ?

Amine Umlil : Amine Umlil, pharmacien des hôpitaux, praticien hospitalier. Également titulaire d’une licence de droit et d’un master 2 en droit de la santé. Mon Curriculum Vitae (C.V.) est en ligne.

Le Média en 4-4-2 : Quelles sont vos motivations pour vous présenter aux élections législatives ?

Amine Umlil : Ma motivation puise sa source dans notamment la continuité de mes travaux et services rendus à mes concitoyens dans le cadre de mes fonctions de responsable de la pharmacovigilance, de la coordination des vigilances sanitaires, du CTIAP (centre territorial d’information indépendante et d’avis pharmaceutiques), du constat de l’échec du système d’alerte et de l’inefficacité des organes de contrôle, de régulation et de sanction, du décalage entre les besoins vitaux des citoyens et les pratiques politiques de nos représentants, etc. Le fondement de ma candidature est disponible ici.

Le Média en 4-4-2 :
Le 19 juin prochain, vous êtes élu député de votre circonscription. Quelles seront vos premières actions ?

Amine Umlil : Premières actions :
– Annulation de l’obligation vaccinale contre la Covid-19 et la suppression de ses avatars, les passes sanitaire et vaccinal : elle sera réputée n’avoir jamais existé ; réparation statutaire pour les professionnels suspendus.
– Proposer un choc structurel pour l’hôpital public dont la situation n’est pas liée uniquement à un manque de moyens ; elle s’explique également par des dysfonctionnements graves et évitables, par des comportements déviants.
– Résoudre la question des « déserts médicaux » en commençant notamment par réguler l’installation des médecins, afin d’aboutir à un maillage territorial qui couvre les besoins de la population en matière d’accès aux soins.
– Promouvoir une méthode de conduite de projets en lien étroit avec les citoyens professionnels compétents de tel ou tel secteur d’activités.
– Être présent lors des votes des lois importantes, instaurer un quorum afin d’éviter qu’une loi ne soit votée avec seulement 13 % des députés présents.

Le Média en 4-4-2 : Certains députés nouvellement élus en 2017 se sont déclarés déçus par leur fonction, estimant que l’Assemblée nationale est devenue « une chambre d’enregistrement de décisions élaborées ailleurs ». Est-ce également votre avis ?

Amine Umlil : Oui, c’est également mon avis. L’assemblée nationale et le Parlement en général ne semblent plus vouloir contrôler efficacement l’exécutif.

Le Média en 4-4-2 : Merci Amine de nous avoir accordé de votre temps ! Nous vous laissons le mot de la fin.

Amine Umlil : La structure ne fait pas la fonction. Une structure qui ne répond plus aux attentes des citoyens est une entité qui programme son déclin. Une société qui trahit ses règles et ses valeurs est une communauté décadente. Les citoyens ont besoin de retrouver un minimum de leur souveraineté, et notamment sur leurs propres corps. Car ces corps n’appartiennent pas à l’État.

Retrouvez Amine Umlil sur :

Le Média en 4-4-2

partage cet article !