Macron à Marseille : l’immobilier, c’est mon projet !

Politique

mise à jour le 02/09/21

Emmanuel Macron se rend à Marseille pour trois jours du 1er au 3 septembre, notamment pour présenter un grand plan pour la ville.

Les quartiers centraux manquant de logements sociaux, les pauvres s’entassent dans des immeubles anciens insalubres. Un immeuble s’est écroulé il y a trois ans, faisant huit morts. Parallèlement les quartiers Nord sont une zone de non droit où les pauvres s’entassent dans du béton. Double objectif : rénovation de l’ancien, démolition du récent pour reconstruire. Le PLU (projet d’aménagement et développement durables) prévoit tout ça depuis 2019. Voir plan.

L’approche des élections en fait un atout du candidat élyséen dont la campagne se fait aux frais du contribuable, puisqu’il n’a toujours pas déclaré sa candidature.

Mercredi 1er septembre : Macron a été hué à son arrivée à l’Hôtel de ville. 

Jeudi 2 septembre : Macron a été hué à son arrivée dans une école.

Vendredi 3 septembre : promenade en mer. Pas de coup de vent en prévision, selon la météo marine.

Tout raser !

« Il faut tout raser » et « repeupler autrement » les quartiers sensibles. Il s’agit des 13e, 14e, 15e et 16e arrondissements (voir plan indiquant les objectifs des démolisseurs. Ainsi Manuel Valls a-t-il maladroitement (?) trahi les projets cachés de Macron.

PLU Marseille
PLU Marseille
Légende PLU Marseille
Légende PLU Marseille
Marseille arrondissements
Marseille arrondissements

Détruire les quartiers Nord, c’est écologique, 2.0 et… pacifiant

Le PLU de marseille prévoit la sobriété énergétique des projets urbains par la production d’énergies renouvelables, le développement d’une « ville connectée et intelligente » grâce aux technologies de l’information et de la communication. Un troisième objectif est : « adapter le stationnement aux objectifs de diminution de la voiture et de pacification de l’espace urbain «. La « pacification » de l’espace urbain ! Comme les choses dérangeantes sont exprimées avec urbanité, sans fâcher personne. L’idée, si on comprend bien, c’est de virer tous ces malpropres (dealers, pauvres, etc.) qui occupent une zone de non-droit et reconstruire à coups d’appels d’offres comme on sait si bien faire à Marseille (et ailleurs).

Marseille en a vu d’autres en 1943

Dans « Industriels et banquiers français sous l’Occupation », Annie Lacroix-Riz a évoqué les bonnes affaires à Marseille et ailleurs. De quoi mieux comprendre le présent. En 1939, la banque Paribas avait demandé un plan de reconstruction du Vieux-Port à un architecte. Mais pour construire, il fallait d’abord détruire. En 1943, la police française (dirigée par René Bousquet) et la police allemande (dont le chef était Carl Oberg), sous prétexte d’évacuer Juifs et résistants, a ordonné cette fructueuse destruction. Faisant d’une pierre deux coups, ce massacre s’est doublé d’« une opération de salubrité d’intérêt européen », selon Oberg. Eh oui ! déjà !

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !