Johnson & Johnson a été condamné à 2,1 milliards de dollars pour son talc cancérigène

Santé

mise à jour le 15/06/21

A partir du 26 mai, le vaccin de Johnson & Johnson est suspendu en Belgique pour les moins de 41 ans, suite au décès d’une femme. Le 5 mai le Danemark l’a abandonné totalement, le 12 mai la Norvège a suspendu son utilisation.

Johnson&Johnson : un délinquant multirécidiviste

La Cour suprême des Etats-Unis a condamné Johnson&Johnson à payer 2,1 milliards de dollars de dommages et intérêts pour la vente de talc contenant de l’amiante accusé d’avoir causé des cancers.

– Trois comtés californiens— dont celui de Los Angeles — et la ville d’Oakland ont porté plainte le 19 avril 2021 contre Johnson&Johnson pour sa promotion d’anti-douleurs aux opiacés ( 500 000 morts aux États-Unis depuis 1999).

– En  2019, un jury a condamné Johnson & Johnson à payer huit milliards de dollars de dommages et intérêts pour n’avoir pas prévenu qu’un antipsychotique, le Risperdal, avait des effets indésirables chez les hommes. Un tribunal de New York a réduit l’amende à six millions et huit cent mille dollars. Le Risperdal, approuvé pour le traitement des adultes par l’agence fédérale des médicaments américaine (FDA) en 1993, a généré 737 millions de dollars de ventes en 2018. En 2013 Johnson & Johnson avait accepté de payer 2,2 milliards de dollars au gouvernement américain pour clore des accusations de pots-de-vin versés à des pharmaciens, notamment pour la vente du Risperdal.

– En 1982, sept personnes sont retrouvées mortes à Chicago après avoir ingérées du Tylenol contaminé au cyanure, un antalgique commercialisé par Johnson & Johnson. En 2020, un juge de la Cour supérieure du Québec a autorisé un recours collectif de 10 millions de dollars concernant des effets secondaires du Tylenol qui n’auraient pas été divulgués.

– Johnson & Johnson avait été mis en cause en 2009 par l’association Campaign for Safe Cosmetics d’utiliser deux molécules potentiellement cancérigènes dans ses shampooings pour enfants. Après la publication d’un second rapport par l’association, en octobre 2011, Johnson & Johnson fini par annoncer qu’elle supprimerait ces produits dans un délai de deux ans.

Les thromboses : un risque plausible accepté par l’HAS

La France continue à faire confiance malgré le risque plausible, de thromboses inhabituelles associées à une thrombocytopénie chez les personnes vaccinées par Janssen. Cette mention sera ajoutée aux documents d’information de ce vaccin. D’ailleurs, la Haute Autorité de Santé recommande ce vaccin, mais seulement pour les 55 ans et plus. On se demande bien de quoi les Français auraient-ils peur.

Une affaire rentable

L’administration se fait par voie intramusculaire en une seule dose. La protection est effective 2 semaines après l’injection et dure au moins 3 mois. Donc il devrait être injecté quatre fois par an… La courbe des actions sur un an est éloquente.

 

Jacqueline pour Le média en 4-4-2.

partage cet article !