Jean-Michel Blanquer : S’il y a un cas covid-19, les élèves non vaccinés seront évincés, mais pas les vaccinés

Santé

mise à jour le 28/07/21

Le ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, emboîte le pas à ses collègues, afin d’installer la tyrannie et la ségrégation pour que les élèves courent se faire vacciner : « Dans le secondaire, s’il y a un cas de contamination [au Covid-19] les élèves non vaccinés seront évincés, mais pas les vaccinés. »

Face aux propos inadmissibles du ministre, la journaliste Marie Bernardeau pointe naturellement du doigt l’inégalité, pour ne pas dire la ségrégation. La réponse de Blanquer est sans appel : « On est dans le moindre mal. » Blanquer assume totalement de détruire littéralement l’avenir des jeunes non-vaccinés en les excluant des établissements scolaires.

Rappelons au ministre de l’Education nationale — qui n’a pas l’air de connaître les bases en mathématique — que la probabilité pour les jeunes de mourir de la maladie covid-19 est de 0,006 %. La probabilité de mourir du vaccin et d’avoir des effets secondaires graves ou moindre est évidemment plus élevée. Le cas du jeune Maxime Beltra décédé des suites du vaccin Pfizer devrait interpeller les autorités, et il en va de même pour Quentin, 18 ans, qui a fait une myocardite suite au vaccin, et de toutes les autres victimes passées sous silence dans l’optique de ne pas affoler la population afin que les files d’attente vers les vaccinodromes ne désemplissent pas.

Evidemment, le message que nous adressons aux jeunes et aux parents, c’est de se renseigner sur les possibles dangers de l’injection d’ARNm. On pense toujours que ça n’arrive qu’aux autres jusqu’au moment où cela nous arrive.

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !