Résister au Pass sanitaire par la force de l’inertie…

mise à jour le 24/07/21

Chinois au lit

Notre cher ministre de la Santé, qui a fait partie du contingent des Young Leaders vivement encouragés par la Chine, s’agite sur les plateaux télés, tel un berger sicilien pour amener son troupeau de brebis égarées vers le droit chemin de la vaccination. Mais sait-il que nous avons les armes pour lui répondre ? Et ironie du sort, elles viennent elles aussi de Chine… 

« Restons couchés », une tendance chinoise

Le mouvement « Restons couchés » [« tang ping »] fait actuellement son petit chemin parmi la population des millennials et de la génération plus jeune. La force de l’inertie poussée à son paroxysme confine au génie…

Que nous disent-ils ? « Nous nous opposons au moule sociétal que l’on veut nous imposer, aux obligations de bosser jusqu’à point d’heure pour rembourser un crédit immobilier pour un appartement qui de tout façon ne nous appartiendra que 70 ans. Faire des 9 heures-21 heures, six jours par semaine, pour s’acheter une voiture, pour le standing, car on pourrait aller au bureau à pied… Se marier et faire des enfants, qui à leur tour devront payer une partie de nos dettes, car notre vie ne suffira pas à payer ce que la société nous somme de consommer. Nous ne voulons plus économiser le moindre centime pour payer les cours particuliers pour notre enfant à venir. Sans cela il ne pourra pas entrer dans une bonne université et décrocher un job qui lui permettra à son tour de subvenir à nos besoins quand nous serons trop cassés pour continuer à travailler. Alors, restons couchés. Refusons d’entrer dans ce moule du parfait travailleur qui contribue sans relâche à l’essor du pays, ou plus exactement à l’essor d’une caste qui s’affranchit des règles imposées à tous en expatriant l’argent de la corruption. »

Ils sont plusieurs millions à peser de tout leur poids sur le frein à la consommation. Les autorités chinoises s’en inquiètent au point que les deux caractères « tang ping » ne peuvent être mentionnés sur un forum ou une conversation sans faire l’objet d’une alerte.
La force de l’inertie, vous disais-je…

Retrouvons les circuits courts

Face à ce Pass sanitaire qui va diviser la France en deux, d’un côté ceux qui vont pouvoir, gentiment comme de bons petits citoyens modèles, être récompensés de leur obéissance par l’illusion du « retour à la vie comme avant » et les réfractaires, ceux qui cherchent sous les jupes de la République malmenée, les raisons de leur bannissement, il est temps de dégainer à notre tour, notre force d’inertie économique.

Bien sûr, nous n’allons pas rester couchés. Non, ce n’est pas la solution pour ce que nous nous apprêtons à vivre. Mais nous allons prendre les chemins de traverse au lieu de vouloir courir, QR code en bandoulière, rejoindre l’autoroute de l’avenir florissant (pour les actionnaires des firmes pharmaceutiques seulement).

On nous bannit des trains TGV, faisons l’éloge de la lenteur. Après tout, les TER maillent notre territoire, faisons des sauts de puce ferroviaires. Et ne laissons pas de côté le co-voiturage.

On nous empêche d’entrer dans les temples modernes de la consommation que sont les centres commerciaux ? Eh bien retournons à l’épicerie du quartier. Le petit commerçant de vêtement, d’électroménager de votre ville vous en remerciera. S’il n’y en a plus par chez vous, eh bien, renseignez-nous sur le fonctionnement des épiceries solidaires. Non, ce n’est pas qu’un truc de bobos. À nous de prendre le modèle économique et de l’appliquer. Et puis, comme le porte-monnaie de beaucoup d’entre nous fait une cure d’amaigrissement, accueillons à bras ouvert le bricoleur réparateur qui pourra sauver encore pour quelque temps notre machine à laver ou notre réfrigérateur.

Renouons un contact direct avec les petits producteurs, les agriculteurs que nous avons tous plus ou moins laissé tomber, en nous cachant pudiquement les yeux quand le journal égrenait la litanie des suicidés pour cause d’indifférence consommatrice moutonnière. Et si on se renseignait sur des circuits vraiment courts, sans les paquebots de la consommation ? 

Protégeons nos enfants, invitons nos amis

Nos enfants sont menacés de vaccinations de force à la rentrée ? Dégainons les plaintes pour détournement de mineurs, extorsion de consentement (Me Di Vizio et d’autres… réfléchissent à la réponse à donner à cette extravagante menace sur l’avenir de nos enfants). En attendant, le CNED, cela peut toujours servir… Le temps que les affolés de la seringue se calment…

On ne pourra plus prendre un café en terrasse ou aller manger au restaurant ? 

La belle affaire… N’est-ce pas plus cosy de faire cela chez soi, en invitant des amis, et c’est comme ça que le dîner peut s’éterniser sans que le serveur vous jette des regards de plus en plus noirs alors que l’heure de la fermeture approche… 

J’avoue avoir un peu de mal à m’inquiéter pour certains bistrotiers et autres restaurateurs qui n’ont pas levé un cil pour s’opposer au confinement quand leurs établissements étaient fermés, et leurs salariés confiés aux bras si accueillants (attention ! ironie) du Paul en Ploie ; car l’aide financière du gouvernement leur permettait de voir venir, et de regarder d’un air faussement attristé, leurs concurrents moins chanceux baisser le rideau définitivement…

La force de l’inertie économique

Le poids de l’inertie, est une force incalculable quand on l’applique à l’économie. Admettons qu’une majorité des réfractaires à la vaccinofolie ne mettent plus les pieds dans un de ces temples de la consommation que sont les grandes surfaces, bouffeuses insatiables de notre cash. Combien de temps pensez-vous que notre « bien cher » gouvernement va se faire rappeler à l’ordre par les « capitaines d’industrie » qui vont voir leur chiffre d’affaires dégringoler… Les paris sont ouverts. Faudra-t-il attendre une semaine, deux, trois… ? La force d’inertie vous dis-je….

Rappelez-vous, chez nous on n’a pas de pétrole, mais on a des idées… C’est maintenant qu’il faut le prouver…

Aline pour Le média en 4-4-2.

partage cet article !