Confinement en Chine : les habitants dans des camps séparés des enfants, animaux massacrés…

Ingénierie sociale, Santé

mise à jour le 18/04/22

La Chine sous la dictature dite sanitaire nous montre l'avenir. Banques et laboratoires vont peu à peu s'emparer de nos dernières libertés.

Voici à quoi risque de ressembler la France de Macron. Ce dernier aime prendre exemple sur la Chine en terme de confinement, injection, gestes barrières… Le pays des devoirs avant les droits ! Quand la folie du covidisme s’empare d’un peuple et de ses dirigeants, les camps apparaissent, les enfants sont séparés des parents, les animaux sont exterminés, la liberté n’est plus qu’un mot et vous opposer à ce système peut vous coûter très cher.


Contrairement aux Français vivant en France, les Français de Shanghai ont été privés de vote dimanche, et pour cause, les 26 millions d’habitants de la ville sont soumis à un confinement dictatorial pour cause de Covid.

Testé à domicile tous les deux, trois jours, c’est le seul moment où les habitants peuvent ouvrir la porte, explique Florent, 28 ans, qui habite et travaille depuis trois ans à Shanghai. Dans les rues, un chien robot entonne les règles à suivre : « Durant la période de confinement, veuillez respecter les règles du gouvernement. » Ensuite un drone prend le relai afin que les habitants contrôlent leurs humeurs : « Veuillez respecter les restrictions pendant le confinement, contrôler votre désir de liberté. N’ouvrez pas la fenêtre et ne chantez pas. »

La situation à Shanghai est effrayante. Des millions de personnes ont du mal à se nourrir, des personnes âgées sont incapables d’accéder aux médicaments, des vidéos d’émeutes qui éclatent circulent sur les réseaux sociaux. De nombreux foyers dépendent de livraisons alimentaires inadéquates du gouvernement. Les habitants vont donc eux-mêmes chercher leur nourriture et pillent les magasins. Alexandre, un Français habitant Shanghai, qui vit avec sa copine, décrit pour RMC une situation chaotique et très inquiétante : « Nous sommes confinés depuis le 1er avril. Il y a un cadenas sur la porte donc on ne peut absolument pas sortir de notre immeuble. C’est anxiogène, disproportionné par rapport à ce qui se passe. Avoir la porte d’entrée scellée… On se dit qu’il peut y avoir un feu et qu’on ne pourrait pas évacuer. On a peur d’être positifs et d’être emmenés dans des camps. »

Si vous êtes testé positif au covid et ne souhaitez pas aller en camp de quarantaine, les petites mains du pouvoir chinois viendront vous chercher de force avec une douzaine de policiers et des chiens, comme ci-dessous. Des images effrayantes dont les médias français parlent très peu juste avant le second tour des présidentielles. Cela pourrait effrayer les Français de connaître leur sort avant que Macron soit élu président.

Puis c’est direction les camps. Les gens deviennent fous, les parents sont séparés de leurs enfants. Tout est insalubre, un enfer pour les Chinois, qui doivent s’entasser comme des bêtes.

Concernant les animaux, c’est une boucherie à ciel ouvert, les chiens et chats de personnes atteintes du covid sont systématiquement massacrés en bas des rues. Le spectacle est surréaliste, insupportable, inimaginable.

Autres images des camps.

Mais pour le journal Le Monde, subventionné par le gouvernement Macron et proche de Bill Gates et de George Soros, tout va bien, c’est appréciable !

Certains pensent que cela se passe en Chine et n’arrivera jamais en France ? Vous avez raison, c’est pas comme si on avait l’obligation de faire quatre injections pour être libre ou si on avait vécu pendant des mois avec interdiction de sortir sous peine d’amende ? Une chose est certaine, le monde de demain sous Macron ressemblera à celui de la Chine.

Le Média en 4-4-2

partage cet article !