Situation économique catastrophique : des patrons de boîtes de nuit manifestent et sont verbalisés

Mort des discothèques

Après plus d’un an de fermeture, des patrons de discothèques se sont rassemblés pour déposer une gerbe de fleurs à l’Assemblée nationale et faire entendre leur désarroi. Rien à faire, la police reste sourde. En réponse, ils ont reçu une amende de 135 euros chacun.

« On veut juste travailler ! quatorze mois sans salaire, ça parle à quelqu’un ?! »