Dernière victoire « volée » de l’Ukraine : l’Eurovision !

Musique

mise à jour le 16/05/22

Porté par une impressionnante vague de soutien du public, le groupe Kalush Orchestra s’est imposé samedi soir à Turin lors de la 66e édition de l’Eurovision de la chanson avec le titre Stefania. Chez les bookmakers, la tendance avant la finale donnait l’Ukraine gagnante avec une cote de 60 %. Les mêmes avaient prévu par une bonne cote la réélection de Macron. On peut leur faire confiance.


Ah les prix ! Ils récompensent tout autre chose que le talent. Le prix Nobel de la Paix, par exemple, a été attribué à Henry Kissinger en 1973 (en pleine guerre du Viêt Nam dont il était pleinement responsable). Le prix Nobel de la Paix a été également été décerné à Barack Obama en 2009, sans doute pour avoir repris à la volée la guerre en Irak et en Afghanistan. Reconnaissons-lui quand même l’initiative de la guerre en Syrie. Le prix de l’Eurovision est également attribué selon des critères politiques.

La France termine à l’avant-dernière place sur 25 participants, devant l’Allemagne. Il faut dire que l’intervention de Zelensky à la télévision italienne, la veille de l’Eurovision, se plaignant de la proposition de Macron de céder des territoires a dû jouer. Les 300 millions de dollars supplémentaires offerts par notre président n’y changeront rien. De plus les médias français semblent le lâcher, puisqu’ils ne passent plus sous silence les crimes de guerre du bataillon Azov.

La chanson gagnante parle de la mauvaise récolte à venir, quoiqu’elle ait été composée avant la guerre. Il semble que les paroliers ne soient jamais allés à la campagne, car le blé ne fleurit pas, personne n’a jamais vu ça :
Le champ fleurit, et il devient gris
Chante-moi une berceuse, maman…
Ces paroles ont plu au grand artiste Volodymyr Zelensky qui leur a donné une autorisation spéciale de déplacement jusqu’à Turin…

Parmi les 25 chansons en compétition, la France était représentée par le groupe breton Alvan & Ahez avec le titre Fullen. Les jurés de l’Arménie, de l’Azerbaïdjan et de la Géorgie lui ont attribué quelques points. Une preuve de plus que la France de Sarkozy est un grand pays au moins pour trois pays. Les raisons politiques du choix du jury de l’Eurovision ont donc été déterminantes. Quant à la chanson bretonne, peut-être méritait-elle vraiment l’avant-dernière place. A vous de juger de son refrain :

Je danse avec le diable, et alors ?
Avec le diable je danse
Elle danse avec le diable, et alors ?
Lalalalalalaleno lalelalo
Lalalalalalaleno lalelalo
Lalalalalalaleno lalelalo
Lalalalalalaleno lalelalo

L’Eurovision avait banni la Russie de la compétition. L’Ukraine perd sur le terrain, certes, mais pas à l’Eurovision. Car même à l’Eurovision, les Russes sont trop forts. C’était un risque de trop. Dans le monde de l’imaginaire folklorique, l’Ukraine a voulu se donner toutes les chances. Applaudissons donc l’ultime et unique victoire de l’Ukraine.

Dernière minute : La Roumanie affirme que les points qu’elle destinait à la Moldavie ont été détournés en faveur de l’Ukraine. Une preuve de plus que ce concours s’est bien déroulé conformément aux usages qui ont prévalu à l’élection de Joe Biden et d’Emmanuel Macron.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !