Conflits

La plus jeune journaliste de Gaza, Lama Abu Jamous, 9 ans, témoigne des horreurs de la guerre sur Instagram à ses 871 000 abonnés

Dans le tumulte de la guerre entre Israël et le Hamas, Lama Abu Jamous, âgée de neuf ans, se dresse comme une voix courageuse, révélant les défis déchirants auxquels les enfants de Gaza sont confrontés. À travers ses reportages poignants, elle offre un regard intime sur la réalité brutale des camps de réfugiés de Rafah, illustrant la lutte quotidienne d'une population prise au piège de la violence et de la désolation.

mise à jour le 02/03/24

Lama Abu Jamous offre un regard intime sur la réalité brutale des camps de réfugiés de Rafah, illustrant la lutte quotidienne de cette population.

Dans les ruelles du camp de réfugiés de Rafah, les enfants palestiniens trouvent un répit temporaire en jouant avec des fils électriques cassés, tentant de se distraire de la faim, de la soif et de la terreur constante qui règne dans leur quotidien.

Parmi eux se trouve Lama Abu Jamous, âgée de seulement neuf ans, qui a émergé comme une voix éclairante, partageant son vécu avec le monde entier à travers Instagram (851 000 abonnés). Alors que des proches sont tombés sous les bombes et que sa propre famille a été déplacée, Lama continue à témoigner des horreurs qu’elle voit chaque jour, offrant un aperçu crucial d’une guerre qui a déjà coûté la vie à près de 29 000 personnes en seulement quatre mois, selon le ministère de la Santé à Gaza.

Dans cette enclave où l’accès aux journalistes occidentaux est restreint, Lama s’efforce de documenter la réalité brutale de la vie dans les camps de réfugiés, où l’éducation est interrompue, les familles sont déchirées et où même les enfants se retrouvent à vendre des biens pour survivre. Ses reportages dévoilent une situation désespérée, où les abris de fortune ne protègent pas de la pluie et où le bruit des drones et des explosions hante les nuits.

« Nous voulons vivre en sécurité chez nous, comme le reste du monde, mais au lieu de cela, nous sommes là, vivant dans des tentes. Mon école a été détruite, mes amis sont dispersés, et chaque jour est une lutte pour simplement survivre. »

Alors qu’Israël désigne Rafah comme une zone sûre, les frappes aériennes continuent de s’abattre sur cette ville devenue le refuge de la moitié de la population de Gaza. Les civils, déjà éprouvés par des années de blocus israélien, sont désormais confrontés à une nouvelle menace mortelle.

Pendant que les négociations pour un cessez-le-feu se poursuivent sans succès, Lama, avec l’aide de sa famille, poursuit son travail de journaliste, malgré les risques encourus. Elle refuse de se taire face à l’ampleur de la tragédie qui se déroule sous ses yeux, partageant les témoignages déchirants des enfants qui luttent pour leur survie dans des conditions de plus en plus désespérées.

Alors que la communauté internationale reste divisée sur la voie à suivre, des voix comme celle de Lama rappellent l’urgence d’une action immédiate pour mettre fin à la souffrance des innocents à Gaza.

Retrouvez Lama sur son compte Instagram.

D’après un article paru sur le site de 7news.

Chères lectrices, chers lecteurs,

Soyez acteur du changement en soutenant un journalisme véritablement indépendant et de qualité en vous abonnant à notre média financé par les dons de personnes comme vous.

Accédez à des contenus exclusifs
et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

partagez cet article !

Pas encore de commentaire sur "La plus jeune journaliste de Gaza, Lama Abu Jamous, 9 ans, témoigne des horreurs de la guerre sur Instagram à ses 871 000 abonnés"

Laisser un commentaire

Newsletter

La Boutique du 4-4-2

Conflits

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous