Gilbert Deray : « Il faudra vacciner les enfants, sinon ils vont tuer leurs grands-parents ». L’argument fallacieux pour vacciner la jeunesse

Santé

mise à jour le 24/07/22

Pour un devoir de mémoire, nous avons décidé de remettre en avant les articles où des personnalités (ou pas) s'en sont prises frontalement à une minorité de la population, en l'occurrence les non-vaccinés et pousser à la vaccination, même des enfants. Afin de ne pas oublier les souffrances, les injures et la violence qu'ils ont subies avec l'aval des gouvernements.

Alors que les jeunes populations sont très peu touchées par le covid-19, il fallait bien trouver un prétexte pour les vacciner… Comme la publicité du gouvernement, Gilbert Deray — grand ami des laboratoires — a versé dans la culpabilisation comme stratégie de communication.

Olivier Véran avait pourtant trouvé la solution : vacciner les grands-parents pour que leurs petits-enfants puissent les embrasser. En témoigne la vidéo en dessous. On vous la repasse : c’est un chef-d’œuvre ! Maintenant nous savons que même vacciné, la transmission est la même. Nous pouvons donc parler de propagande mensongère du gouvernement. Admirez le travail :

Pour en revenir au propagandiste Gilbert Deray, il avait affirmé — au grand bonheur de l’industrie pharmaceutique —  avoir visionné sur les IRM des enfants covidés des anomalies qui ressemblaient à de l’Alzheimer. De quoi faire paniquer les parents et courir vers un vaccinodrome. Il avouera ensuite que tout était faux. « La raison pour laquelle il faut vacciner les 5-11 ans, ce n’est pas pour protéger les vieux. […] Quand vous regardez les IRM cérébrales de gosses qui font la covid, ça ressemble à de l’Alzheimer. Moi, je n’ai pas envie que des gosses de 5 à 11 ans aient des images qui ressemblent à de l’Alzheimer, ça c’est très clair. »

Le Média en 4-4-2

partage cet article !