Éric Verhaeghe commente sa garde à vue : « C’est une tentative d’intimidation du pouvoir ! »

Communiqué

mise à jour le 06/09/22

Eric Verhaeghe (auteur de l’ouvrage Great Reset : mythes et réalités, fondateur du site d’information en ligne le Courrier des Stratèges, président de l’association Rester Libre) a été placé en garde à vue le 4 septembre 2022 à 20 heures, au commissariat d’Abbeville. Le 6 septembre, il déclare : « Ma garde à vue s’est terminée hier. Je vous livre ici la vidéo qui sera le seul message que je consacrerai à cette affaire de cornecul, qui est une tentative d’intimidation du pouvoir parmi d’autres. »

Ce fait divers a pour objectif d’intimider — c’est raté — et de faire oublier la réalité de la politique et là, encore, c’est un échec, car Éric Verhaeghene manque pas de nous rappeler la réalité. Cet épisode est certes lié à Brigitte Macron, mais il a en fait pour objectif de nous faire oublier les faits. Et particulièrement le fait que Emmanuel Macron suit à la lettre le projet mondialiste de Klaus Schwab. La politique annoncée par Macron était déjà prévue en toutes lettres dans Covid-19 : La Grande réinitialisation.

Voici le texte de 2020 : « Pour aller de l’avant, le secteur de l’électricité doit relever le défi d’accélérer sa transition énergétique. La combinaison d’investissements dans des infrastructures énergétiques progressives (comme les énergies renouvelables, les hydrogénoducs et les réseaux de recharge des véhicules électriques) et la reconversion des grappes industrielles (comme l’électrification de l’énergie nécessaire à la production chimique) peut soutenir la reprise économique (en créant des emplois et de l’activité économique) tout en augmentant la résilience globale du secteur énergétique en termes de production d’énergie propre. »

Après les milliards du Covid, l’énergie « verte » est annoncée, dès 2020, comme la prochaine source de profits. Il y a toujours un billet à se faire. Par ailleurs, dans le registre de l’érudition comique, Éric Verhaeghe a qualifié cette affaire de garde à vue de « cornecul » (comique). Rabelais, Jarry ont utilisé ce terme, et même Castaner — à propos de l’affaire Benalla (Tiens! où est-il celui-là ?) Cette insulte reste peu employée. Le correcteur orthographique de Apple le signale comme une faute. Donc merci à Éric Verhaeghene de le réhabiliter. Au temps où notre président est traité d’enculé par les foules, pourquoi ne pas changer un peu pour retrouver les bons vieux mots d’antan ? Richard Gotainer, dans son clip Saperlipopette, nous conseille de délaisser les nique ta mère et autre enculé.

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !