Coronavirus : à quand la vie normale pour les vaccinés ?

Santé

mise à jour le 02/03/21

Après avoir reçu sa première dose du vaccin anti COVID en décembre, Jonathan Livny, 77 ans, pensait que la vie allait enfin revenir à la normale pour les Israéliens comme lui. M. Livny vit à Jérusalem. Il a été parmi les premiers Israéliens à se faire vacciner et l’a été entièrement en janvier. Il a reçu son « passeport vert » – une certification officielle qu’il prouve qu’il est immunisé contre la maladie.

Après avoir reçu sa première dose du vaccin anti COVID en décembre, Jonathan Livny, 77 ans, pensait que la vie allait enfin revenir à la normale pour les Israéliens comme lui. M. Livny vit à Jérusalem. Il a été parmi les premiers Israéliens à se faire vacciner et l’a été entièrement en janvier. Il a reçu son « passeport vert » – une certification officielle qu’il prouve qu’il est immunisé contre la maladie.

Mais près d’un mois plus tard, son passeport n’a pas beaucoup servi. Même s’il n’est désormais plus à risque, M. Livny doit toujours respecter les mesures de quarantaine strictes du pays, qui interdisent un grand nombre d’activités et de loisirs, vacciné ou non.

M. Livny s’est vu imposer ces restrictions il y a quelques semaines. Sa femme, chirurgienne esthétique, et lui, voyagent fréquemment, et ils avaient prévu de se rendre à Dubaï fin janvier pour une conférence médicale. Leur voyage a été annulé : Israël a fermé son aéroport pour limiter la propagation du virus.

« Je pensais que ce serait un passeport pour la santé et la liberté », a déclaré M. Livny. « Maintenant, ils disent qu’ils ne sont pas sûrs que le vaccin fonctionne contre le variant anglais ou le sud-africain. J’ai alors pensé que ce serait un passeport pour les voyages. Mais maintenant, si je veux voyager, je dois faire un test 72 heures avant mon départ et à mon retour, je dois le refaire. Alors, à quoi ça me sert ?

La campagne de vaccination agressive d’Israël est devenue une source de fierté nationale, mais elle n’a pas encore annoncé le retour à l’époque pré-pandémique que beaucoup attendaient. Même si plus de 40% des Israéliens ont reçu au moins une dose de vaccin, bien plus que le reste du monde, les taux de COVID restent obstinément élevés, et la campagne de vaccination a ralenti.

Aujourd’hui, alors qu’Israël sort d’un confinement qui a duré six semaines, le troisième depuis le début de la pandémie, les entreprises et leurs clients se rebellent contre une réouverture qu’ils jugent trop lente. Trois grands centres commerciaux – dans les villes de Bat Yam, Karmiel et Petach Tivkah – ont ouvert jeudi en violation des réglementations gouvernementales. Cela faisait partie d’une révolte déclenchée par un forum qui représente 400 propriétaires de commerces, restaurants et chaînes de magasins.

Le groupe avait établi ses propres règles pour déterminer qui pouvait entrer dans les magasins – permettant finalement aux Israéliens d’utiliser leurs « passeports verts ». L’entrée était limitée aux personnes de plus de 60 ans qui avait reçu les deux doses du vaccin, ou à toute personne plus jeune qui avait reçu au moins une injection, s’était rétablie du COVID ou avait été testée négative au cours des 72 dernières heures. Les enfants de moins de 16 ans étaient également autorisés à entrer.

Les policiers ont ordonné aux magasins de fermer sans infliger d’amendes.

« Il n’y a pas de différence entre les centres commerciaux, qui sont fermés, et les supermarchés ou les pharmacies, qui sont ouverts », a déclaré Yaakov Kantrowitz, 26 ans, le directeur d’une chaîne d’articles ménagers dans un centre commercial de la ville de Rishon Lezion. Il s’est plaint que le gouvernement « disait que les gens attrapaient le corona dans les centres commerciaux, mais ils sont fermés depuis six semaines et les taux d’infection n’ont pas diminué. Cela prouve que nous ne sommes pas la cause des infections ».

M. Kantrowitz n’a pas complètement rouvert mais il a trouvé une solution novatrice : son magasin a commencé à proposer des achats à emporter le dimanche.

« Nous avons mis une table à l’entrée avec un catalogue, les gens choisissent ce qu’ils veulent et [les employés] leur apportent », a-t-il déclaré. « Les restaurants sont autorisés à faire des achats à emporter, alors pourquoi les magasins ne le font-ils pas aussi ?

La police n’est pas venu me voir, a déclaré M. Kantrowitz, et il fait attention à ne laisser entrer personne à l’intérieur, même si son magasin est spacieux (930 mètres carrés). Son magasin a été fermé pendant un total de quatre mois au cours de l’année dernière, et les 30 employés ont été mis en congé sans solde. Aujourd’hui, M. Kantrowitz a réembauché cinq personnes et il espère que les magasins et les centres commerciaux rouvriront bientôt.

Le gouvernement envisage une série de mesures qui limiteront l’entrée dans les gymnases, les salles de concerts et les musées – et ensuite les cafés et les restaurants – aux personnes munies d’un « passeport vert » ou ayant obtenu un résultat négatif au test COVID dans les 72 heures. Certaines écoles ont également rouvert jeudi après six semaines d’enseignement à distance – la dernière des fermetures d’écoles en date qui se sont étalées sur plusieurs mois. Le gouvernement pourrait exiger que tous les enseignants se fassent vacciner ou passent un test tous les deux jours.

Israël envisage également un accord avec la Grèce pour permettre le tourisme à ceux qui sont vaccinés.

Mais une partie des Israéliens reste réticente à l’idée de se faire vacciner. Alors que le déploiement du vaccin en Israël a augmenté jusqu’à 200 000 personnes vaccinées par jour, le rythme s’est considérablement ralenti la semaine dernière. Selon les données du gouvernement, alors que plus de 90 % des Israéliens de plus de 60 ans ont été vaccinés, ce chiffre n’est que de 70 % pour les juifs haredi, ou ultra-orthodoxes, et de 64 % pour les Israéliens arabes.

Certains centres de vaccination sont à moitié vides et les municipalités locales tentent d’inciter la population pour faire remonter les taux. Dans la ville haredi de Bnei Brak, où les taux de vaccination sont parmi les plus bas du pays, les premiers intervenants ont déclaré aux habitants que s’ils se faisaient vacciner le jeudi soir, ils recevraient une portion gratuite de cholent, un ragoût de viande très apprécié des Juifs orthodoxes.

« Nous saluons l’initiative de Bnei Brak de distribuer des doggy bags de cholent à ceux qui seront vaccinés demain », a déclaré Zaka, un service médical d’urgence orthodoxe, sur Twitter. « Nous avons mis des personnes non vaccinées dans des « body bags » [NDT : pour la traduction de ce jeux de mots de mauvais goût] depuis plus d’un an. Allez-vous faire vacciner ! »

Les Israéliens de Haredi ont tendance à se faire vacciner moins souvent, même si le pourcentage de décès dans leur communauté a été particulièrement élevé. Une enquête récente a révélé que, parmi les Israélien haredi de plus de 65 ans, un sur 73 était mort du COVID, soit environ quatre fois le taux de la population générale. Malgré le confinement, certains Israéliens haredi ont défié les restrictions et ont rouvert des écoles, en plus de se rassembler en de grandes foules pour les funérailles.

Le scepticisme à l’égard du vaccin s’étend au-delà de la communauté des haredi. Alors que la plupart des Israéliens âgés et à risque se sont précipités pour se faire vacciner, certains jeunes Israéliens sont plus torturés à l’idée de se faire vacciner.

Adina Arazi, 47 ans, vit dans la ville de Netivot, au sud du pays, et enseigne l’hydrothérapie. Elle a déclaré qu’elle n’était pas une anti-vax. Ses deux enfants, son fils de 20 ans ayant des besoins spéciaux et sa fille de 16 ans, ont reçu tous leurs vaccins habituels. Mais cette fois, personne dans sa famille n’est vacciné contre le COVID.

« J’ai l’impression que nous sommes allés un peu trop vite », dit-elle. « Je pense qu’il faudra beaucoup de temps pour voir les effets à long terme. En définitive, ils font une étude sur les gens, et je trouve cela vraiment contraire à l’éthique ».

Comme toutes les piscines sont fermées, Mme Arazi est sans emploi depuis un an. Elle dit qu’elle a réduit ses dépenses au strict nécessaire et que sa famille au Canada l’aide également. Mme Arazi a déclaré qu’elle ne se ferait pas vacciner même si cela signifiait qu’elle ne pourrait pas retravailler.

Deborah, 44 ans, qui a demandé que son nom de famille ne soit pas publié parce qu’elle ne veut pas que certains de ses proches sachent qu’elle ne se fera pas vaccinée, est encore plus convaincue que sa famille et elle ne devraient pas se faire vacciner. Malgré les assurances des médecins selon lesquelles le vaccin ne provoquera pas de stérilité, Deborah prévoit d’attendre la fin de l’année avant de faire vacciner ses quatre enfants et elle-même.

« Il n’y a aucune preuve que le vaccin aura un quelconque effet sur l’infertilité masculine ou féminine [NDT : phrase bizarre laissée telle quelle car citée] », a déclaré le Dr Hagai Levine, épidémiologiste à l’hôpital Hadassah, lors d’une conférence de presse jeudi. [NDT : 11 février].

Mais pour Deborah, qui a déclaré avoir lu l’intégralité de l’étude de Pfizer en ligne, ces assurances ne sont pas suffisantes.

« Être une mère est une grande responsabilité pour moi, et ma fille vient d’avoir 16 ans, alors j’ai commencé à faire des recherches », a-t-elle déclaré. « Ils n’ont pas testé le vaccin sur des jeunes de 16 ans. Aucun médecin ne peut dire qu’il n’y aura pas d’effets secondaires.

« Et si dans quelques années, elle ne pouvait plus tomber enceinte ? Ce serait la fin de sa vie et je me sentirais responsable ».

– Source : Coronavirus: When will normal life return for vaccinated people?
– Traduit par Thomas pour « Le Média en 4-4-2 »

partage cet article !