Conseil de Défense : les variants ne passeront pas !

Santé

mise à jour le 19/06/21

Castex cherchant ses lunettes

Il faut avoir confiance en notre arme fatale : AstraZeneca

Le 14 mars 2021, Jean Castex aime AstraZeneca. Pas question de suspendre les vaccinations. Il nous l’explique avec une logique impressionnante : « À ce stade, il faut avoir confiance dans ce vaccin et se faire vacciner, je le dis de la façon la plus solennelle, sinon on aura des retards dans la vaccination, les Françaises et Français seront moins protégés et la crise sanitaire durera longtemps. On n’a pas suspendu parce que nous ne disposons pas, au contraire, d’éléments qui nous conduisent en France à suspendre cette vaccination. » Donc nous n’avons pas d’élément pour suspendre la vaccination. Au contraire ! Donc nous avons des éléments pour la poursuivre ? Ben, non. Faut faire confiance.

AstraZeneca est suspendu et moi, j’attends qu’il soit totalement sûr

Le 15 mars 2021, la France suspend l’utilisation du vaccin AstraZeneca. Castex nuance son affirmation de la veille : « Jusqu’à présent, je m’étais fixé de me faire vacciner quand mon tour viendra, sans passe-droit. […] Mais compte tenu de ce qu’il vient de se passer, je me suis dit qu’il serait judicieux que je me fasse vacciner dès que toutes les garanties seront apportées. »

A 55 ans, Castex doit se vacciner

La HAS recommande de n’utiliser AstraZeneca que pour les 55 ans et plus. Pas de chance : Castex étant né le 25 juin 1965, il va falloir qu’il y passe puisque ce n’est plus un passe-droit…

Faut écouler les stocks

Il ne reste plus que 137 040 doses d’AstraZeneca en France. Le gouvernement maintient les commandes en cours. Que va-t-il faire des 14,5 millions de doses attendues d’ici fin juin ? 

Quelle tuile ! AstraZeneca annonce que son vaccin est inefficace

15 juin 2021 – AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace.

On continue donc la vaccination !

16 juin 2021 –  Castex : « A la fin août, nous devons avoir atteint trois cibles: 40 millions de personnes primo-vaccinées, 35 millions de personnes ayant reçu une vaccination complète, 85% des plus de 50 ans et des adultes atteints de comorbidités ayant reçu une première dose. » Rappelons que notre Premier ministre doit donner l’exemple et se faire injecter une deuxième dose le 19 juin.

17 juin – Véran : « Je fais un appel solennel aux soignants qui n’ont pas été vaccinés pour qu’ils franchissent ce cap […] J’appelle les employeurs et les salariés de ces Ehpad à se faire vacciner. D’ici la fin de l’été, si ça ne devait pas s’améliorer, nous nous poserions la question d’une obligation vaccinale pour ces publics particuliers. »

OMS : les antibiotiques ne peuvent pas prévenir ou traiter le Covid-19.

Selon l’OMS, le SARS-Cov-2 étant un virus, les antibiotiques ne doivent pas être utilisés comme moyen de prévention ou de traitement. Ils sont donc rangés avec les traitements bidons, comme l’eau de Javel et… l’hydroxychloroquine.

Quoique…

Toujours selon l’OMS, si vous êtes hospitalisé pour le Covid-19. Vous pouvez recevoir des antibiotiques car une co-infection bactérienne est possible. L’HAS accepte de financer la recherche sur un traitement antibiotique du Covid.

HCSP : surtout pas d’antibiotique contre le Covid

Juin 2020 – Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande qu’aucune antibiothérapie ne soit prescrite chez un patient ayant des symptômes rattachés à un Covid-19 confirmé (en dehors d’un autre foyer infectieux), du fait du caractère exceptionnel de la co-infection bactérienne.

ANSM : l’antibiotique de l’Institut Pasteur serait efficace contre le virus

18 juin 2021 L’Institut Pasteur de Lille teste depuis un an une molécule contre le Covid-19. Il s’agit d’un antibiotique existant, le Clofoctol. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a finalement donné son aval (et ses subventions) pour un large essai clinique. Il y a un an, ce n’était pas une priorité nationale. A présent, il y a urgence, c’est une priorité nationale.

Jean Castex reste fidèle à sa marque préférée

19 juin 2021 – Jean Castex a reçu sa première injection d’AstraZeneca le 19 mars 2021 à 15 heures, à l’hôpital Bégin, en direct devant toutres les caméras. Le 19 juin, à 17h30, toujours aucune annonce d’une deuxième injection. AstraZeneca ayant déclaré forfait, à quel vaccin notre glorieux Premier ministre va-t-il confier sa santé qui nous est si chère ? Sera-t-il fidèle à la marque ? Abandonnera-t-il AstraZeneca pour Pfizer ? ou pour Moderna ? Contre quel variant va-t-il lutter ? l’indien ? le britannique ? Va-t-il renoncer à l’injection, tout comme il avait oublié de télécharger l’application StopCovid. Il est si oublieux, si tête en l’air ! En tout cas la France entière, fébrile, attend l’annonce du dénouement. Eh bien ! voilà l’événement annoncé à 19 heures ! Tout s’est déroulé dans la plus stricte intimité, à Matignon. En cachette. Comme si c’était une honte de rester fidèle à sa marque préférée, même si elle est inefficace. Quand faut y aller, faut y aller, Castex est comme ça. Et c’est comme ça qu’on l’aime.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !